BIOGRAPHIE & FILMOGRAPHIE DE DOMINIQUE CABRERA

Dominique Cabrera est née à Relizane en Algérie, dans une famille pied-noir, rapatriée en France en 1962. Après l’IDHEC, les documentaires qu’elle réalise la font connaître pour le regard original qu’elle sait porter sur la vie sociale en banlieue, Chronique d’une banlieue ordinaire (Iskra, INA, Canal+) et Une poste à La Courneuve (Iskra, Arte). Chronique d’une banlieue ordinaire, portée par la caméra aérienne de Jacques Pamart, est l’occasion d’une évocation remarquée de la mémoire ordinaire de la banlieue et d’une analyse forte de la transformation des quartiers des années soixante aux années quatre-vingt-dix. Dans Une poste à la Courneuve, à travers le rapport à l’argent, elle montre les solidarités et tensions entre les « exclus » et ceux qui ont un emploi.

Dans Rester là-bas (Méli-Mélo, INA, Arte), elle aborde les liens entre la France et l’Algérie, à travers son retour à Alger à la rencontre de ceux qui sont restés « là-bas » et ont pris la nationalité algérienne. Elle réalise en 1995 Demain et encore demain, un essai autobiographique, journal intime d’une cinéaste en proie à l’angoisse et au bonheur de vivre. Elle expéri- mente des formes, cherche son style et trouve sa voix. Demain et encore demain, un des premiers journaux intimes à être distribué en salles représente un tournant et entame son passage vers des ctions qu’elle tissera d’inspiration documentaire et peuplera souvent d’interprètes issus du réel.

Son premier long métrage avec Claude Brasseur et Roschdy Zem, L’Autre côté de la mer (1996), porte sur le déracinement des pied-noirs exilés en 1962 et sur les Algériens contraints à l’exil par la montée du FIS dans les années 1990. Il sera présenté à Cannes, à Cinémas en France, sélectionné aux César et gagnera un prix d’interprétation pour Brasseur à Riga. Les grèves de l’hiver 1995 à la SNCF inspirent Nadia et les hippopotames. Présenté au Festival de Cannes à Un certain regard, des cheminots y jouent aux côtés d’Ariane Ascaride, Marilyne Canto, Thierry Frémont et Olivier Gourmet. Hélène Louvart, directrice de la photo, a gagné le prix pour l’image au festival Tous écrans de Genève.

Elle tourne en 2001 Le Lait de la tendresse humaine. Portée par Marilyne Canto, cette histoire de baby blues reçoit un accueil critique chaleureux, on souligne son usage de la couleur et la beauté des cadres, l’empathie avec les personnages

et le portrait très vrai d’une dépression post-partum… Patrick Bruel, Maryline Canto, Valeria Bruni-Tedeschi, Olivier Gourmet et Yolande Moreau reçoivent un prix d’interprétation collective à Locarno en 2002.

Folle embellie (2004) se passe pendant l’exode de Juin 1940. Sur ce fond tragique, Cabrera fait vivre une utopie, celle de la psychiatrie alternative dans un conte de fées et de monstres avec Jean-Pierre Léaud, Miou-Miou, Yolande Moreau, Marilyne Canto et Olivier Gourmet. Devant l’avancée de l’armée allemande et la désertion des responsables, des internés s’échappe de l’asile pour errer dans la nature et trouver qui la mort, qui une vie nouvelle. Inspirée d’une histoire vraie, Folle embellie présenté à la Berlinale gagne le prix du jury œcuménique.

En 2009, elle tourne (dans la série de France 2 Suite noire) Quand la ville mord, adaptation du roman éponyme de Marc Villard avec Aïssa Maïga. Ce lm est le portrait d’une jeune Malienne, passionnée par l’oeuvre de Basquiat, asservie par un réseau de prostitution qui se libère de ses proxénètes. Aïssa Maïga obtient le prix d’interprétation au festival Cinema e donne à Florence.

En 2012, elle réalise une coproduction entre France 2 et la Comédie-Française, Ça ne peut pas continuer comme ça, ction politique inspirée de la crise de la dette, interprété par les comédiens de la Comédie Française, Aurélien Recoing, Denis Podalydès, Serge Bagdassarian et Sylvia Bergé. Sylvia Bergé reçoit le prix d’interprétation au festival Cinema e donne à Florence.

En 2013 Grandir, son deuxième long-métrage autobiographique sélectionné à Cannes à l’ACID sort en salles et reçoit le prix Potemkine au Cinéma du Réel.

En 2015, elle tourne l’adaptation du roman de Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy, avec Aïssa Maïga, Lola Créton, Alain Demaria, Kamel Kadri et Moussa Maskri. Production Everybody on Deck, le lm sortira au cinéma le 18 janvier 2017.

Ses ctions portent sur le temps qui passe, la politique, l’utopie, la famille, la maternité, l’assimilation culturelle et les uctuations de l’identité. L’engagement, et en particulier l’engagement politique, traverse la lmographie de Cabrera, qui comprend des documentaires, des ctions et des lms essais hybrides. Elle évite les jugements moraux ou idéologiques, elle aborde ses lms avec lyrisme, amour et émerveillement devant la vie qui va, préférant laisser le jugement aux spectateurs.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com